PRESSE

<< Retour aux articles de presse

Interview de Raizers, la plateforme de crowdinvesting européen

Financement des PME en non-coté (c’est-à-dire non financés par des investisseurs boursiers), Raizers s’inscrit dans le crowdinvesting, qui est une branche du crowdfunding. Son objectif est de faciliter le financement des PME.

Une action cotée est, rappelons-le, une action mise sur le marché de la bourse. Les prix varient donc en fonction de l’offre et de la demande.

Quant à l’action non-cotée, elle ne peut pas être achetée ou vendue sur le marché boursier, car l’entreprise n’a pas fait un appel public à l’épargne. Ses actions ont été vendues directement à des investisseurs qui lui donné les fonds nécessaires à son développement.

Raizers est un conseiller en financement participatif pour les produits non-cotés afin de lever des fonds par le biais de petits investisseurs qui vont financer un projet de PME. En contrepartie, il est possible de défiscaliser les investissements grâce à des dispositifs nationaux (IR/ISF ou non-imposition de la plus-value en Suisse).

Raizers met donc en relation des PME avec des investisseurs qui échangent des actions et des fonds sur la plateforme digitale. Le co-fondateur de Raizers et CEO France, Grégoire Linder, répond à nos questions, notamment axées sur la fiscalité auxquelles ces investisseurs sont soumis.

La rédaction : Raizers est une plateforme de Crowdfunding présente en Europe. Pourquoi avoir choisi ce positionnement européen plutôt que national ?

Grégoire Linder : Etant une plateforme qui met en relation les investisseurs et les chefs d’entreprise, il faut envisager cette question sous deux axes :

  • Du côté chefs d’entreprise, notre ADN européen permet de lever des fonds dans plusieurs pays. Cela a donc vraiment du sens pour les sociétés qui ont pour objectif de s’internationaliser. C’est une occasion unique pour les dirigeants de s’ouvrir à de nouveaux marchés, trouver de nouveaux clients ou partenaires parmi leurs futurs actionnaires et de commencer à commercialiser leurs produits à une autre échelle.
  • Du côté investisseurs, nous sommes convaincus qu’il existe un réel génie dans notre pays. Pour autant, il n’y pas qu’en France qu’il y a de bonnes pépites ! Au contraire, il s’avère que l’Europe est riche de dirigeants talentueux et notre rôle c’est aussi de savoir les identifier. En termes de stratégies d’investissement, l’international s’intègre également parfaitement à une logique de diversification. A nos yeux, c’est donc capital de pouvoir trouver sur une plateforme des offres nationales et internationales.

Pouvez-vous décrire le crowdfunding de Raizers en trois points ?

  1. Deux solutions de financement : investissement en actions et prêts aux PME.
  2. L’Europe : accéder à des offres dans le non-coté partout en Europe.
  3. Une approche qualitative des opérations présentées avec 3% de taux de selection.

Comment fonctionne croncrêtement le crowdfunding européen ? Comment puis-je par exemple investir en Suisse et à quelle fiscalité suis-je rattaché en tant que citoyen francais ?

De manière très pragmatique, tous les investisseurs inscrits sur la plateforme peuvent accéder à l’ensemble des opérations en Europe. Aujourd’hui, toutes nos opérations sont présentées en français, en anglais et en allemand.

Concernant la fiscalité, tout d’abord, nous avons une équipe d’experts et de conseillers en investissements qui peuvent aiguiller quiconque avec des doutes ou un manque de visibilité sur sa fiscalité.

Très concrêtement, la fiscalité est traitée à un niveau national, chaque pays ayant ses spécificités. Un investissement en Suisse ne sera donc pas exposé à la même fiscalité qu’un investissement en Belgique.

Est-ce que Raizers se dissocie par la pluralité de ses projets allant du cinéma à l’hotellerie ainsi que des projets entrepreneuriaux ? Quels projets vous ont le plus marqué jusqu’à maintenant ?

L’objectif avec Raizers est de permettre à des investisseurs particuliers de se constituer un portefeuille d’investissements diversifié dans le non-coté. Dans cette logique, nous avons à cœur de proposer le maximum de secteurs d’activités possibles à nos investisseurs (ENR, innovation, PME, hôtellerie, immobilier).

Ce qui nous a le plus marqué, c’est probablement le record de levée de fonds de 1,3 millions d’€ pour une société d’horlogerie française. En parallèle, nous avons fait un record en termes de durée de financement de 2h15 pour une opération de promotion immobilière à Rouen (250 000 euros collectés). Ce sont vraiment des évènements marquants dans la vie d’une entreprise, tant au niveau humain que professionnel.

Quelle est l’histoire de Raizers, quand fut-elle créée et sous quelle impulsion ?

Nous avons choisi de lancer Raizers fin 2014, suite à la mise en place du nouvel agrément en France de Conseiller en Investissement Participatif. Les deux cofondateurs entreprennent ensemble depuis une petite dizaine d’années. Un manque de financement connu sur l’une de leurs opérations à ouvert la porte à Raizers.

Raizers n’est pas seulement une plateforme de crowdfunding, vous proposez d’autres produits financiers. Est-ce que le point commun à tous ces produits est la fiscalité avantageuse ?

Raizers est la plateforme spécialisée de l’investissement sur le non-coté (crowdinvesting) en offrant deux produits d’investissement : actions et obligations. La fiscalité est différente sur ces deux produits. Notre but et seul point commun : ne proposer que des produits d’investissement intéressants dans le non-coté.

 

Lien de l'article