PRESSE

<< Retour aux articles de presse

Raizers veut devenir la première plateforme de crowdfunding européenne

Lancé en France mi-janvier, avec un premier projet à financer, le site de crowdfunding Raizers doit ouvrir également en Suisse et au Danemark.

Le crowdfunding continue de faire des émules. Dernier en date à se lancer, Raizers, une plateforme de financement participatif par prise de participation au capital, veut aider les start-up à trouver leurs premiers financements.

 

Notre dossier : Le crowdfunding fait sa crise d'adolescence

 

"Nous avons identifié un 'equity gap' [ou trou dans le financement, ndlr] pour les entreprises qui recherchent entre 100 000 euros et 1 million d’euros, confie Grégoire Linder, l’un des fondateurs de Raizers.Nous voulons adresser cette problématique majeure pour les jeunes entreprises." Lancée mi-janvier, la plateforme propose déjà un projet d’investissement. La société Tagawine, une application iPhone et Android pour aider au choix du vin, cherche à lever 320 000 euros auprès de la communauté d’internautes.

DEUX AUTRES PAYS DANS LES PROCHAINS MOIS

Mais la particularité de Raizers réside surtout dans son ambition européenne. Les deux autres associés, le suisse Maxime Pallain, et le danois Jesper Fjordbak, sont chargés de développer le site dans leurs pays respectifs. Objectif : un lancement en mars en Suisse et en avril-mai au Danemark. En se positionnant sur plusieurs pays, la plateforme espère démultiplier aussi bien le nombre de projets à proposer aux internautes, que le nombre d’investisseurs potentiels pour chaque projet. Reste toutefois à franchir le pas de la réglementation.

En France, la réforme du crowdfunding entrée en vigueur en octobre dernier facilite le lancement de plateformes. Raizers a d’ailleurs obtenu, en décembre 2014, le statut de Conseiller en investissement participatif (CIP) qui lui permet d’exercer. La Suisse et le Danemark, en revanche, n’ont pas adopté de statut spécifique... "Il n’y a aucune réglementation européenne, déplore Grégoire Linder. Nous devons donc à chaque fois nous adapter à la réglementation locale. Cela prend du temps." Les deux associés suisse et danois sont donc chargés de lever les freins dans leurs pays dans les prochains mois.

S’ils y parviennent, Raizers réussira à devenir l’un des premiers sites implantés sur plusieurs marchés. Ils auront alors besoin de lever des fonds pour se développer. Peut-être au deuxième semestre 2015, selon Grégoire Linder.

>>Télécharger le document

Lire l'article original